Travail nomade : 10 choses à savoir avant de se lancer

C’est la nouvelle tendance, qui semble-t-il, séduit de plus en plus les travailleurs du XXIe siècle, d’autant que l’adjectif nomade laisse un peu rêver. Ne suggère-il pas en effet, une évasion dans d’autres lieux que les quatre murs d’un bureau. Une libération des contraintes classiques du travail !

À l’heure du numérique, tout devient malléable, souple, possible, les frontières physiques n’ont plus de raison d’être. Tout est parfait, donc. On peut travailler partout, on peut changer de lieux et même de pays. Quoi de plus beau ! Mais nomadisme et travail peuvent-ils être conciliables ?

Derrière les récits souvent embellis de ceux qui ont tout laissé tomber pour ce genre de travail, il n’y a pas que des bons côtés.

Allons-y pour un petit bilan du revers de la médaille, des inconvénients tels que vécus par ces travailleurs nomades.

1- Se sentir seul

Quand on voyage souvent, on rencontre nécessairement une multitude de personnes, partout dans le monde sans qu’on arrive vraiment à construire des amitiés solides. Il y a aussi la nostalgie du pays, l’absence des proches et des amis qui peut peser vraiment. Les nomades se sentent souvent seuls, presque abandonnés et parfois, ils ont même le cafard.

2- Épuisement

Cela vous étonne ! Oui, vous avez bien lu, les travailleurs nomades sont aussi victimes du burn-out. Se déplacer d’un lieu à un autre fréquemment, sans répit, ignorer où passer la prochaine nuit, voyager dans des conditions chaotiques en autocar tout délabré : la vie du travailleur voyageur peut être éreintante.

3- Petit rendement

Quand on se déplace incessamment d’une région à l’autre, il va de soi qu’on va perdre du temps et même sa concentration. Par conséquent, le travail en pâtira et on sera moins performant, moins productif. Ajoutez à cela les problèmes techniques qu’on pourrait rencontrer comme passer quotidiennement le clair de son temps à traquer une connexion Internet dans les contrées qui ne sont pas très bien équipées. N’oublions pas également les problèmes du décalage horaire.

4- La nostalgie d’un chez soi

Beaucoup finissent par comprendre l’importance d’avoir un petit chez soi où il est souvent bon de s’y réfugier. Ainsi, le travailleur nomade va se sentir dépaysé au bout d’un certain temps, en ayant l’impression d’être sans racine, sans attache. Il va finir par avoir la nostalgie d’un passé heureux où il avait ses petites habitudes.

5- Prêtez toute votre attention à votre image

L’idée que le travail nomade est beaucoup plus fascinant, plus séduisant que d’aller chaque jour s’enfermer derrière un bureau, témoigne d’une attitude un tant soit peu arrogante. La défendre bec et ongles surtout sur les réseaux sociaux pourrait porter préjudice à l’image que l’on se fait de vous. Évitez également de discréditer votre pays d’origine, c’est toujours mal vu.

6- Attention à votre vie de couples

Vivre éloigné de son conjoint (e) peut poser problème, car il n’est pas facile de préserver son couple en étant loin l’un de l’autre.

Si vous partez en couple, vous serez obligé de passer le clair de votre temps ensemble, ce qui peut être la source de beaucoup de problèmes. C’est comme si vous étiez des collègues, ce qui pourrait refroidir un petit peu votre ardeur et votre flamme amoureuse.

7- La nostalgie de la routine

C’est peut-être un petit bizarre, mais la routine va vous manquer, cette routine que vous aviez fuie. La sensation de liberté est certes enivrante mais, on désire tous avoir des repères pour se rassurer, pour ne pas se sentir égaré, pour avoir un point d’attache.

8- Excès d’écran

Les nomades travaillent principalement dans le domaine de l’informatique ou de la communication, ce sont des emplois qu’on peut faire en ligne. Il y a donc le risque de rester attaché à son PC durant des heures sans pause de quelque sorte qu’elle soit. Et tout le monde sait maintenant les dangers de genre d’excès sur la santé.

9- Des revenus incertains

Un nomade est essentiellement un travailleur free-lance. Autrement dit, il ne dispose pas vraiment d’un budget stable. Tout dépend de ses clients, qui ne sont pas tous ponctuels, mais aussi des conjonctures économiques qui peuvent varier d’un pays à l’autre.

10- Adieu les vacances

Le voyageur nomade peut se targuer d’être au summum du bonheur en inondant Instagram des photos des paysages sublimes où il s’y trouve. La réalité est autre, le nomade passe la majorité de sa journée à bosser dans un café ou attablé dans un espace de coworking.

Le voyageur nomade peut parfois travailler dans un endroit qu’il n’a jamais visité, peut-être via Skype lors d’un entretien avec un client.

Tu reves de devenir nomade digital, mais tu ne sais pas par ou commencer ?

Découvre notre franchise low cost avec ses cours personnalisés et toute une équipe de professionnels a ton service.

Écrivez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *