George Boole, l’« architecte » de la révolution numérique

L’exploration du mécanisme qui régit un feu de circulation ou le fonctionnement d’un système informatique complexe révèle une base commune. C’est l’algèbre booléenne, un outil mathématique dont l’évolution l’a emmené bien au-delà du domaine spécifique de la logique mathématique, pour lequel il a été conçu, devenant un pilier théorique de notre civilisation technologique.

La plupart des circuits électroniques, et des systèmes informatiques en général, ont leur origine dans une fonction logique. Mais cela peut être assez long et complexe. C’est pourquoi George Boole (1815-1864) a imaginé une méthode pour simplifier au maximum cette fonction logique, à travers certaines règles ou propriétés de base. Peut-être que ce système trouve aujourd’hui l’un de ses plus grands moteurs de recherche Internet tels que Google, qui reconnaît aujourd’hui le crédit de Boole avec un doodle qui commémore le 200e anniversaire de sa naissance.

Portrait du Britannique George Boole, dans le magazine Popular Science, en 1879

Au milieu du XIXe siècle, Boole a développé dans son livre « An Investigation of the Laws of Thought » (1854), l’idée que les propositions logiques pouvaient être traitées à l’aide d’outils mathématiques. Ces propositions logiques ne pouvaient prendre que deux valeurs de type Vrai/Faux ou Oui/Non. Ces valeurs bivalentes et opposées pourraient être représentées par des nombres binaires à un chiffre (bits), c’est pourquoi l’algèbre booléenne peut être comprise comme l’algèbre du système binaire.

UN SYSTÈME LOGIQUE DE L’AVENIR IMPRÉVU

Il résumait lui-même son travail dans cette phrase : « Les interprétations respectives des symboles 0 et 1 dans le système logique sont Rien et Univers. Cela pourrait être interprété comme un aperçu de sa signification. Cependant, contrairement à la croyance populaire, l’algèbre booléenne ne semblait avoir aucune application pratique au début et une signification plutôt abstraite n’a été trouvée que dans le domaine de la logique mathématique.

C’est soixante-dix ans après sa mort, en 1938, que l’ingénieur électronique et mathématicien américain Claude E. Shannon (1916 – 2001) a trouvé dans les travaux de Boole une base pour les mécanismes et les processus du monde réel, démontrant comment l’algèbre booléenne pouvait optimiser la conception. des systèmes de relais électromécaniques, utilisés à l’époque dans les commutateurs de routage téléphonique.

Outre Shannon, le Russe Victor Shestakov (1907-1987) proposa en 1935 une théorie des interrupteurs électriques basée sur la logique booléenne, bien qu’initialement moins connue : elle fut publiée des années plus tard, en 1941 et en russe. De cette façon, l’algèbre booléenne est devenue le fondement de la pratique de la conception de circuits numériques, et George Boole (via Shannon et Shestakov) l’architecte qui a jeté les bases théoriques de la révolution numérique.

À lire également : Une chasse au trésor des temps modernes : cracking cicada 3301

Article original du site Live Sensei

Post a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  • WEB24 : La Fabrique Digitale

    Nous partageons des valeurs fortes et la conviction profonde qu’une bonne agence digitale est une agence qui sert avant tout l’intérêt de ses clients. Ethique, transparence et pédagogie sont à la base de toutes nos prestations. Innover et faire toujours mieux sont nos objectifs.

  • Informations de contact

    Nous serons heureux de vous aider 7/7 jours.
    Nous voulons en savoir plus sur votre idée d’entreprise et comment nous pouvons vous aider!

    *Whatsapp: +34 664 130 888
    *Courriel: nomad@web24.media

  • Derniers Commentaires

    © 2021, Tous droits réservés WEB24 Digital Brands Ltd. Made with love in London!
    Nous utilisons des cookies pour vous offrir une meilleure expérience de navigation. En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre